image : 6 jeuens dilles à la palge étendues sur le sable

6 filles parlent :  » Pourquoi nous publions des selfies de nous nues  » Selfies… Si ce mot n’évoque rien pour vous, sachez qu’il se traduit par « autophoto ». Pris dans un contexte particulier (seul ou en groupe) avec un arrière-plan célèbre depuis son téléphone mobile tenu à bout de bras ou fixé au bout d’une perche. Il est ensuite partagé avec d’autres personnes par l’intermédiaire de M.M.S. ou diffusé sur les réseaux sociaux. C’est par ce moyen que de nombreuses jeunes femmes diffusent leurs photos en tenues légères.

Pin-up dénudées

Nous avons demandé à six jeunes femmes les raisons pour lesquelles elles s’exposent nues sur internet. Sont-elles des obsédées toutes ces pin-up dénudées sur Instagram ? Pas vraiment ! A travers leur geste, elles transmettent ce message : « La femme objet, c’est fini. Désormais, nous contrôlons notre image et notre sexualité, nous ne voulons plus être validées par le regard masculin pour exister.» Emancipées, elles n’hésitent plus à s’engager. Leur désir naturel, c’est être perçues comme un être avec sa propre sexualité. A travers cette mode des selfies diffusées publiquement, elles renversent leur rapport de pouvoir avec les hommes, brisent ce vieux stéréotype de la  » fille qui cherche à séduire à tout prix «  auprès de son entourage. Voici ce qu’elles en disent :

Sylviane (Paris) 28 ans, coiffeuse dans un grand salon  :

« J’ai longtemps eu peur d’être mal jugée avec ce système. J’en ai parlé à mon copain. Il m’encourage à faire ce que je veux et il me fallait du courage. Je pensais : « Certaines clientes me reconnaîtront et se diront qu’elles n’auraient jamais pensé ça de moi…. et puis, j’ai osé me montrer seins nus, ça plaît beaucoup à mon ami qui invite ses copains à les regarder… »

Francine (Bages) 30 ans, infirmière

« Dominatrice depuis quelques mois, j’ai découvert cette passion et l’adoration de mes soumis m’excite. je leur montre mon corps et ils n’ont pas le droit d’y toucher, sinon gare à eux ! Leurs commentaires sont éloquents ! Ils me montrent à leurs amis, me vénèrent, me couvrent de cadeaux. La place des hommes et aux pieds des femmes. Voilà pourquoi j’aime les selfies. »

Société :infopremiere.fr la corrida sujet inevitable de l election presidentielle de 2022

 

Marianne (Troyes) 24 ans, secrétaire comptable :

« J’ai commencé devant une webcam. Je me plaçais dans des positions coquines souhaitées par les membres d’un site internet spécialisé. Puis, je me touchais en zoomant sur mon sexe. Ces situations m’amusaient. Mais c’était sans compter sur une rétroactivité inquiétante des faits : une séduction selon la volonté des autres. Seule, je m’adonnais à la masturbation de plus en plus fréquemment et m’emportais dans des délires pervers devant une caméra imaginaire. J’ai arrêté pour ça ! »

Betty (Pessac) 33 ans, Vendeuse en magasin :

« J’ai souvent besoin de regarder mon corps, de détailler mes formes et mes plis. Dans une position désirable, je prends un selfie pour vérifier si je me trouve toujours aussi désirable. C’est devenu addictif. Si le résultat me convient je le publie. Il m’arrive de passer de longues minutes à regarder mon compte Instagram pour admirer fièrement mes exploits et lorsque j’ai beaucoup de likes, surtout de femmes, bien que je ne sois pas lesbienne, je me sens excitée… »

Corinne (Aubenas) 44 ans, profession libérale

« J’ai remarqué que je poste des selfies sexy à certaines périodes, notamment, lorsque je me sens pas à la hauteur avec mon mari, moins belle, alors j’ai besoin de me rassurer mon ego. »

Marie-Catherine 27 ans, (Château neuf sur Cher) caissière

« Ça me procure un certain bien-être de regarder mes photos et de les trouver réussies, réaliser que c’est moi qui y figure dessus. Je m’aime. Vous vous sentez beau lorsque vous publiez un selfie de vous, mais lorsque alors c’est un selfie coquin ce sentiment se décuple. »

Ces 6 filles parlent sans retenues. Expression de la femme libérée de 2021…

A lire aussi : topexclusif.fr comment les societes secretes-nous-gouvernent