Image : visuel du jour

Après les monosexuels, voici les  » demisexualité « . On marche sur la tête ! Récemment nous avons publié un article relatant la sagesse de nos jeunes envers la sexualité. Aujourd’hui, nous revenons sur un terme loufoque de demisexuel. Une expression qui s’est faufilée dans le vocabulaire de certaines populations et fait débat sur les réseaux sociaux.

Recherche d’identification

Il ne se passe plus un jour sans qu’une nouvelle notion de sexualité se fraye un chemin parmi notre vocabulaire. Mais, à bien y regarder, la plupart ne recouvrent pas un sens cohérent. En effet, dénuées de bases scientifiques, il est impossible de tracer une véritable expertise pour les caractériser. En réalité, beaucoup de jeunes, garçons et filles, sont en recherche d’identification, et d’une découverte de plus de clairvoyance sur leur propre identité.

Après l’attrait émotionnel…

Un tatonnement qui leur fait refuser toute affiliation à une norme sexuelle particulière. Or, s’il existe, effectivement plusieurs formes de sexualités, le terme de demisexualité permet-il à leurs revendicateurs de trouver leur voix ? Se présenter ainsi revient à ne s’engager dans une relation sexuelle dès lors qu’un attrait émotionnel s’est fait jour. Une attitude qui peut compromettre bien des situations. Or, ce modèle pose le problème de classer les personnes dans des catégories sexuelles. Ne sommes-nous pas ce que nous voulons êtres au moment où nous voulons l’être ? Pourquoi aller chercher des attitudes et des mots insignifiants pour construire son parcours sentimental et sexuel ?

Société : .infopremiere.fr astrazeneca le manque de recul souleve de nombreuses questions

Une formule camouflet

En réalité, cette demisexualité suposée ne s’appuie sur aucune réalité. Il s’agit d’une simple formule qui camoufle d’autres sexualités, incluant émotions, romantisme, émotions et amour. Des notions malheureusement toujours discriminées. Homosexualité et bisexualité sont de celles là. Ainsi, la demisexualité, rejoindrait, toutefois, l’idée fixe de l’asexualité. De plus, le préfixe de ce nouveau  mot : “ demi ” laisse entendre cette fracture cruelle de la sexualité. Même si pour la plupart de ceux qui revendiquent cet état, un besoin impérieux de sentiments avant de faire l’amour se fait ressentir.

A lire aussi : topexclusif.fr lagent de la d g s i jouait les cow boys en seine saint denis