Image: le professeur Montagner

Les découvreurs, comme les utopistes, déragent, c’est notoire. Remettre en cause les croyances et les théories enfouies dans l’esprit humain, c’est déstabiliser les habitudes. Or, les hommes, détestent les bousculades  des systèmes. Les modifier introduit toujours un déséquilibre. Pourtant, cette rupture permet d’accéder à de profonds changements. Le professeur Luc Montagnier, éminent virologue, en fait les frais avec ses révélations bruyantes.

Croyance et système de croyances

Entendons-nous bien : toutes nos affirmations sont des croyances. Elle forment des points de vue puissants érigés en vérités. Elles permettent, ainsi, de répondre à nos doutes et à des situations en général inconfortables liées à notre condition humaine. Elles sont, cependant, responsables de nos choix (ou non). Les membres du corps scientifique n’échappent pas à cette règle. Enchaînées à sa rigidité, ses têtes « bien pensantes » se montrent intransigeantes face aux arguments des révolutionnaires inspirateurs.

Prix Nobel de médecine

Les « grands pontes » de la science recouvrent, systématiquement, du voile de la contraction, souvent nimbé de jalousie ou de mauvaise foi, les principes objecteurs. Par peur, d’avoir évolué dans le faux, ils bafouent ou contestent leurs preuves et leur crédibilité; attitude du mouton de Panurge : « Conduisons-nous d’une manière stéréotypée. Malheur à qui serpente sur un autre chemin ! ». Le professeur Montagnier, prix Nobel de médecine, en 2008, est la preuve vivante de l’opposition à ce regrettable modèle. Encore une fois, le voilà vilipendé par ses pairs. Il en a pris l’habitude sans que cela, visiblement, ne le perturbe !

Copernic, Galilée, Hahnemann…

La route fleurie des grand savants, leur savoir, les aide à lutter contre le formatage des nombreux systèmes qui composent la communauté scientifique. A l’instar d’un Copernic, d’un Galilée qui mena une farouche guerre d’influence contre les universitaires de son pays, ou d’un Hahnemann lapidé par ses confrères, le professeur Montagnier, connu pour ses recherches sur le S.I.D.A., ouvre de nouvelles pistes de réflexion dans la recherche des causes du coronavirus. Et sa conclusion dérange ! Mais, qui peut contester son génie, son esprit logique, même si ses propos donnent matière à réflexion ?

 

Lire aussi :https://www.infopremiere.fr/crise-sanitaire-et-desastre-economique/

 

Le lâché d’une bombe

Depuis longtemps, ses travaux ne mentent pas ! Vérifiées, encore et toujours, ses découvertes, au gré des éléments nouveaux qui se présentent à lui font référence. Et, si Luc Montagnier a lâché une bombe, en accusant des biologistes d’avoir créé le coronavirus et que ce dernier résulte d’un  » travail d’apprenti sorcier « , son argument ne manque pas de sens. Alors, à lui de démontrer que la Chine à créé le SARS-CoV-2 avant de le laisser s’enfuir, précisément depuis le laboratoire de Wuhan.

Mis en cause

Cette institution spécialisée sur ces coronavirus depuis le début des années 2000 est lourdement mise en cause. Avec une démonstration, aujourd’hui publique, le professeur Montagnier, objecte : “ Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il y avait une manipulation au sujet de ce virus ”. Ainsi, il plaide accusant des “ biologistes moléculaires ” d’avoir inséré dans un coronavirus des séquences d’ARN du VIH, “ probablement ” dans le but de trouver un vaccin contre le Sida » . Il propose de débarrasser le virus de ces éléments étrangers “ avec des ondes ”.

Conspué

Le nom de Luc Montagnier, conspué par la communauté scientifique pour ses positions radicales, et notamment anti-vaccins, https://www.infovaccin.fr/se retrouve aujourd’hui sur la liste des grands hommes qui ont bouleversé le monde. Mais, pourra t’il faire face à la puissance de tout un arsenal des conservateurs rétrogrades confortablement installés dans leurs convictions, avec, parfois, une pointe de complicité bienveillante pour les protagonistes des lobbies pharmaceutiques ?

Découvrir :https://www.topexclusif.fr/larme-absolue-du-professeur-raoult/