image : un salle de restaurant vide

La grogne explosive de tous les cafetiers et restaurateurs. Les professionnels de bouches s’inquiètent. Que va t-il se passer pour eux dans les mois et les années à venir ? L’inquiétude monte et la colère gronde. En effet, le nombre de faillites risque d’être retentissant. Mais après ? Top exclusif ! voit plus loin dans l’analyse…

Pression sur le gouvernement

Il sont sont des milliers en France à avoir fermé boutique pour une durée déterminée. Mais cette période qui n’en finit plus. Elle met en péril leur survie professionnelle. Pour certains, elle atteint même leur moral. A tel point que, déjà, certains commerçants se sont suicidés par désespoir. « Les restaurateurs sont furieux et pensent se regrouper pour, d’ici à peu, faire pression sur le gouvernement.. » nous dit Jean-Marc, exploitant d’un restaurant dans le Var…

Société : infopremiere.fr/quelle-credibilite-les-communicants-recoivent-ils-de-la-part-des-francais

Grogne des cafetiers

Beaucoup de cafetiers voient leur avenir morose. C’est le cas de David, à Avignon, qui pressent le prochain dépôt de bilan de son restaurant : « Si le confinement perdure, je ne pourrais jamais, même avec les aides d’état, remonter à la surface… » Ombrageux, ils sont nombreux à penser ainsi. Certains ne rouvriront pas leur office au grand désespoir de leur clientèle. Et ce ne sont pas les plus modestes enseignes. Les plus en vue sont aussi touchés par ce phénomène désespérant.

Quel avenir ?

Alors, le plus grand nombre redoute l’impensable. Et, cet inconcevable, ils le pressentent visionnaires, sous les plus mauvais auspices. Ils pensent devoir abandonner leurs affaires au profit de chaines de restaurants dont ils deviendront les employés. Car, avant longtemps, il y aura pléthore de rideaux gastronomiques tirés et les grandes enseignes de restaurants, comme des vautours, vont se jeter sur les petites proies pour en faire leurs victimes. Cela pourrait, aussi, être le cas pour les petits commerçants du textile et des biens d’équipement.

En attendant la grogne de tous les cafetiers est grandissante. Elle n’est pas prête de s’éteindre !

Confinement : les terribles confessions des travailleurs du sexe