image : un jeune homme bouteille à la bouche

En pleine recrudescence les beuveries chez les jeunes. C’est le fameux « Binge drinkink » ! Si vous ne connaissez pas encore ce nom, sachez qu’il traduit un bien mauvais comportement. Et ce sont les filles qui entrainent les garçons… Ces beuveries font des ravages. La recherche d’ivresse est véritablement marquée dans les nouvelles générations. En dix ans, les 18/25 ans ont connu au moins une ivresse dans l’année. Elle est passée de 33% à 46% tandis que ceux qui en ont connu au moins trois a presque doublé de 15% à 29%.

Un rapport accablant

Ces résultats émanent du Baromètre santé. C’est une vaste enquête réalisée sur la santé sur un important échantillonnage de personnes de 15 à 75 ans. Depuis, hélas, ces chiffres se sont encore accentués ! Ils nous font froid dans le dos car l’avenir de ces jeunes se joue à partir de ces âges.. Qu’en sera t-il dans les prochaines années, si les parents ne réagissent pas ? Car, les beuveries chez les jeunes montrent des signes inquiétants !

Beuveries express

En effet, les séances d’alcoolisation massive, connues sous le nom anglais de « binge drinking », entendez : « beuveries express », sont, hélas, pleine recrudescence en France. Elles ont vu les jour, il y a quelques années. Elles viennent du territoire phénomène anglo-saxon. C’est la génération des 15/24 ans qui est le plus ciblée. En effet, 14 % des 15/24 ans, 10 % des 25/34 ans et 6 % des 33/44 ans y ont eu recours au moins une fois dans l’année. Et les jeunes femmes sont de plus en plus concernées.

Société :topexclusif.fr/covid-des-morts-suspectes-un-chiffre-sans-doute-surevalue

Etudiantes en tête de liste

A priori, ce malaise touche surtout les jeunes. Il s’agit d’un phénomène très inquiétant dans la mesure notamment ou l’alcoolisation excessive est l’une des principales causes des violences faites aux femmes. Mais, au delà de l’agressivité, l’ivresse peut aussi conduire à des états déplorables comme les comas éthyliques, potentiellement mortels, mais aussi à… des rapports sexuels non protégés !

Beuveries chez les jeunes

Pourtant, des mesures prévoient notamment des sanctions. Elles peuvent aller jusqu’à un an d’emprisonnement et 15.000 € d’amende pour l’incitation d’un mineur à une consommation excessive d’alcool. Sans oublier la modulation du message sanitaire « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » en fonction des produits et des publics. Enfin, il est indispensable de réaliser un travail éducatif de fond auprès de nos jeunes cibles privilégiées. Enfin, des informations devraient être données dans les établissements scolaires.

Société : infopremiere.fr/notre-directeur-president-de-lunion-gaulliste-de-france-u-g-f