image deux mains tiennent un smartphone avec une image de femme nue

Qui croirait qu’à l’heure d’Internet et de sa foison de sites porno, les films cochon de papa, en noir et blanc, constituaient un regain d’intérêt ? Une aventure heureuse est arrivée à Hervé, d’Evry, ( Essonne ) en découvrant une étrange collection porno appartenant à son grand-père…

PAS DE MAGOT, MAIS TRESOR PORNO

Un samedi dernier, Hervé P., un habitant d’Evry s’est enfin décidé à mettre de l’ordre dans le grenier de son grand-père décédé il y a un mois. Héritier des quatre meubles que possédait son aïeul, René, le jeune homme s’est résigné à fouiller dans les malles entassées dans le grenier de la maison. Au milieu d’un amas confus de choses sans valeur trônait un emballage plus important que les autres. Que pouvait bien contenir cette grosse boite si précieusement enfouie sous une couverture grise ?

Apparemment, aucun trésor. Juste un rétroprojecteur et ses bobines. Déception ! Hervé s’attendait, sans doute, à découvrir quelques richesses. Et si cette boite contenait des Louis d’or ? Certains héritiers en ont trouvé. Mais Non ! Aucun magot, aucune briquette ne ferait de lui un nouveau riche, et lui offrirait une vie pus sereine. Alors, déçu, Hervé est redescendu mettre un peu d’ordre dans la maison avant de déménager les modestes affaires de René.

ETRANGE SURPRISE !

De retour chez lui, poursuivi par une simple curiosité, Hervé à téléphoné à plusieurs antiquaires pour savoir quelle valeur il pourrait retirer de cet appareil d’un autre temps. Quelques appels fixèrent sa curiosité. Non, il ne s’enrichirait pas, non plus, avec la vente de l’héritage de son grand-père, à peine quelques dizaines d’euros. Vraiment pas de quoi envisager une vie de rêve sous les cocotiers. Alors, Hervé, un peu déçu s’est résigné.

Mardi, il est remonté dans le grenier pour photographier l’appareil afin de le mettre en vente sur un site de bonnes affaires. Mais, en le retirant de son carton d’une lourde boite plate apparurent des dizaines de bobines, en bon état. Sans doute, des souvenirs de vacances ou des moments familiaux fixés sur la pellicule ? Quel bonheur de voir revivre le tonton Georges et tata Odette de Marseille. Mais, Hervé n’était pas au bout de sa surprise.

SACRE GRAND-PERE RENE

Curieux de découvrir quel genre de films, grand-père René collectionnait, Hervé à installé le projecteur au milieu de sa salle de séjour. Puis, il a fixé un vieux drap sur le mur et enclenché la première bobine en noir et blanc. Quelle ne fut pas sa surprise de voir s’étaler des personnages dans des scènes très particulières ? Sacré papi René ! Lui qui prônait souvent la vertu et les bonnes manières, s’adonnait solitairement à des plaisirs visuels pimentés. Sur la pellicule, de femmes dodues et des hommes moustachus dans des positions équivoques. Voilà un bien drôle de souvenir laissé par un aïeul à qui l’on aurait offert le Bon Dieu sans confession.

Mais que faire, maintenant, de cette satanée compilation de films des années trente et cinquante ? Passer une annonce ? Démarcher les antiquaires ? Et pourquoi pas les deux ? Il ne lui fallut pas plus de vingt-quatre heures pour vérifier l’engouement des collectionneurs. Il s’est alors investit dans cette démarche un peu insolite…

lire aussi :https://www.infopremiere.fr/pourquoi-le-teletravail-seduit-une-majorite-de-francais/

UNE SACREE DEMANDE

A vingt-quatre heures d’intervalle, la sonnerie du téléphone portable d’Hervé, retentit une bonne vingtaine de fois. Connaisseurs et amateurs de tous poils l’ont sollicité pour acheter les vieilles pellicules de grand-père René. Tous intéressés pour visionner ces scènes pornographiques d’un autre temps. C’est, finalement, un antiquaire parisien qui a emporté le lot pour la coquette somme de mille euros, négociés à ce prix. Au cours de cette rencontre, Hervé a découvert de drôles d’informations au sujet de ces films d’antan. Recherchés par les connaisseurs, ils se revendent à prix d’or, comme au temps de leur splendeur. A l’époque, ils se négociaient « sous le manteau » car tournés dans des studios très privés et clandestins. Les films porno de papa rivalisent donc avec les films porno d’aujourd’hui.

COLLECTIONNEURS

Il existe une large clientèle pour ces pellicules très particulières. Certains collectionneurs, vont même jusqu’à les graver sur des cédéroms pour les revendre en réalisant de substantiels revenus. C’est le cas de Maxime, un avignonnais qui recherche avidement les films porno de papa pour les fixer sur des supports actuels. Cet amateur y gagne de coquettes sommes grâce au fruit de la vente de ces films du siècle passé. Spécialisé dans la recherche de pellicules de parties fines à trois, Maxime parcourt toute la France pour acheter ces vieilleries dont on aurait pu croire qu’elles étaient tombées aux oubliettes. La réalité du marché nous prouve le contraire. Comme quoi, même en matière de pornographie, comme dans la vogue vestimentaire, la mode revient un jour ou l’autre… Hervé l’a appris curieusement !

Découvrir :https://www.topexclusif.fr/reconfinement-ce-que-dit-une-voyante-du-sud/